La Confection

la cuisson qui permet la cristallisation de la terre

Les différentes étapes pour la confection d’un bijou :

  1. La conception du bijou : effectivement, certaines pièces doivent être précisément établies à l’avance, et ne peuvent être modelées qu’individuellement.
  2. Le modelage : chaque perle est façonnée manuellement et percée pour permettre l’enfilage, certains éléments comportent deux trous. Le perçage est délicat et minutieux afin d’éviter la déformation de la perle plate ou ronde, c’est lui qui déterminera l’harmonie de la pièce à venir.
  3. Le séchage : une fois la pièce terminée, avant de pouvoir cuire les différents éléments qui la constitue, il faut un séchage à l’air libre complet, le temps de séchage dépend évidemment de la température et du temps extérieurs mais aussi de l’épaisseur des pièces. Une cuisson prématurée peut faire exploser les éléments.
  4. La cuisson : une cuisson par paliers est idéale, la terre se transforme en brique aux environs de 180 °. Pour certaines pièces un ré ajustage au papier de verre peut être nécessaire, pour cela je choisis de faire une première cuisson à 180 ° et de poncer si nécessaire avant la cuisson finale. Un petit four céramique monte aux environs de 1000°, lorsque les pièces deviennent rougeoyantes, bien qu’à partir de 850 ° la cristallisation est déjà obtenue. On obtient donc ce qu’on appelle une céramique poreuse qui peut ensuite être faïencée ou vitrifiée par recuisson. Personnellement je n’émaille pas, car je modèle de nombreux petits éléments, de plus l’émaillage alourdi les pièces. L’émaillage convient pour des pièces plastrons, ou pour quelques grosses perles. Elle est aussi destinée aux objets tels que les vases ou les services à vaisselles. Donc une fois ma céramique cuite je choisis de la peindre, peinture qui est cuite aux environs de 130-150 °.
  5. La peinture : c’est une longue étape, chaque peinture à ses caractéristiques. En général chaque perle comporte au minimum de deux à quatre couches de peinture, tout dépend de l’effet que l’on veut donner, et d’une couche de vernis. Il faut évidemment attendre entre chaque couches.
  6. Cuisson de la peinture : elle permet une adhérence à la céramique et révèle l’éclat de la pièce, elle peut aussi en modifier l’aspect.
  7. Le montage du bijou : c’est un peu la récompense, toutefois il faut d’abord enlever délicatement les perles des supports et les ébarber si nécessaire. C’est à ce moment que je choisis les divers petits éléments tels que les coupelles, les connecteurs, les perles miyuki ou autres afin de trouver le meilleur assemblage possible. Du fait que les pièces soient modelées manuellement il y a toujours de petites irrégularités, mais c’est cela qui fait le charme du bijou. Tant que l’ensemble est harmonieux et beau, l’objectif est atteint.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.